• Facebook Black Round
  • RB
  • Instagram Black Round

© 2020 . NAA'MÏZ ART . Tous droits réservés .

  • Naa'mïz

Voyager seule : C’est sourire à l’inconnu.

Mis à jour : 15 avril 2018


Nîmes (France), 2016.


J’ai vécu de belles et positives expériences lors de mon séjour en Février 2016 à Nîmes (Nemausus en latin), ville du Sud de la France surnommée « la Rome française » à cause de son riche patrimoine romain. J’ai également été émerveillée devant plusieurs scènes de vie quotidienne durant les trois jours que j’ai passés dans cette belle ville calme, apaisante et chargée d’histoire. Les rencontres et surtout les discussions avec des inconnus (touristes et locaux) m’ont été très bénéfiques !


Le premier jour (l'après-midi), je me suis posée en plein soleil sur la place de L'Esplanade Charles de Gaulle (qui possède un jardin fleuri) pour profiter du soleil et pour observer les passants. J'ai été émerveillée devant une scène de vie quotidienne entre une mamie afro-caribéenne et sa petite-fille (d'environ 4 ans). Celle-ci posait pendant que sa mamie la prenait en photo ! Pour poser, la petite chipie, toute souriante, penchait sa tête d'un côté puis de l'autre comme un petit mannequin ! Elle ne voulait pas s'arrêter de "poser" pour sa mamie !!! Voyez-vous comment les appareils photos (téléphones portables y compris) ont une grande influence sur toutes les générations ? Mamie qui veut rester branchée et garder des souvenirs de sa promenade avec sa choupinette ! Et baby girl qui se prête au jeu et veut faire sa star pendant un petit shooting photo avec Mamou !


Le deuxième jour, je suis allée me poser (encore une fois) sur les bancs de l'Esplanade et j'ai eu une discussion (spontanée) avec un Papi marocain sur la perdition des jeunes face aux tentations du sexe et de l'alcool.. ça se voyait qu'il avait envie de parler et de vider son sac. Avait-il deviné que j'étais psychologue ?


Il m'a raconté un bout de sa vie : Arrivé du Maroc à l'adolescence, il s'est marié à 26 ans et a une fille unique, déjà mariée. Sa femme est décédée, il y a une dizaine d'années et il ne s'est pas remarié mais, il avoue avoir eu des moments de faiblesse avec certaines femmes. Il en vient à me donner des conseils sur la vie à deux, ses compromis et ses bonheurs. Après 15 minutes d'échange (ou plutôt, dirais-je,15 minutes de psychothérapie), il me quitte en me serrant la main et en me demandant sur le ton de l'humour si je ne voudrais pas l'épouser et m'occuper de lui !!! J'ai éclaté de rire et bien évidemment décliné sa proposition.


Ma plus belle rencontre a été de croiser Abd Al Malik dans le centre ville de Nîmes !!!

Je n’ai pas réalisé sur le coup que c’était lui. Ce n’est que plus tard que je me suis dis que c’était évidemment lui.


J’ai regardé sur le net (merci Google) : il était en concert la veille dans une salle de Nîmes. Si je m’étais renseignée, j’aurai pu aller le voir sur scène au cours de mon séjour. J’ai quand même été ravie de l’avoir croisé en mode incognito !


Abd Al Malik, cela ne vous dis rien ? … Vous connaissez peut-être Wallen ? Une chanteuse française qui était très connue au début des années 2000.


En fait, Abd Al Malik, c’est son époux ! Lui aussi, il est un musicien (rappeur, slameur) et surtout réalisateur et écrivain. Wallen et lui ont chanté ensemble : « MON AMOUR » en 2010.


Rien n’arrive au hasard ! Je m’explique : j’ai choisi de voyager seule pour me ressourcer et faire un travail d’introspection (travail sur moi-même). Et le son que j’avais en boucle dans la tête en partant de Lyon (Lugdunum en latin), c’était celui de Wallen (AVOIR LA VIE DEVANT SOI).



Les paroles de cette chanson disent : « J’entame un voyage sans itinéraire. Mon seul bagage : mon cœur en bandoulière (…). Je goûte à la vie, la vie. Et quand tout s’y oppose, j’ose défier tout ce qui fait que tout est joué d’avance. Le but qu’on s’est fixé n’est rien sans le chemin (…). Il me tard de trouver mon oasis. Du Nord au Sud, riches ou pauvres, vivre sa vie. Des rues de Calcuta, aux rues de Paris. Des visages anonymes à chaque cœur, une vie. Des buildings de New York, aux plages de Bali. Avoir la vie devant soi, la vie devant soi ! ».


Effectivement, cette chanson permet de réfléchir sur différents points. Mais le mien a été centré sur le voyage, la découverte de soi et des autres, savoir prendre du recul par rapport aux expériences de la vie, savoir prendre des risques en voyageant seule, profiter de la vie et surtout sourire à la vie malgré son état d’esprit et son statut social. Quelqu’un disait (oui « quelqu’un », je ne sais plus qui c’est) : « La vie n’est pas facile mais elle vaut le coup d’être vécue ». Je suis tout à fait de cet avis, la vie vaut le coup d’être vécue malgré les difficultés. Elle nous permet, toutefois, de passer des moments magiques et chargés d’émotions.


Selon moi, voyager, c’est aller à la rencontre de nouveaux horizons, de nouvelles personnes, tout simplement changer d’environnement et y apporter un peu de soi aux autres. Dans ma famille, les voyages sont sacrés et très riches d’enseignement. Mais prendre le temps de passer des moments qu’avec soi-même est très important car l’on apprend à mieux se connaître et à jouir des petits plaisirs de la vie.


Parfois, l’on a besoin de ces moments privilégiés pour se reposer, se ressourcer, s’évader, se couper du monde et se faire une peau neuve. Je dirai même pour se purifier l’esprit… A vous de choisir un endroit (peu importe la distance : un pays de votre choix ou même une autre ville de votre pays de résidence), de préparer votre sac à dos (ou votre valise si vous vous déplacez comme moi toujours avec votre maisonnette) et de vous envoler pour de nouvelles expériences (insolites en général) à raconter à vos proches.